J’ai fait mien le concept Navajo, où le mot « équilibre » veut dire aussi « beauté ».
 

Je cherche à traduire tout ce qui fabrique nos innombrables instants.

Je travaille  à peindre un orage d’été, la tentation de la fuite, l’heure des ombres sur la mer, le dernier souffle d’un proche... Quelque chose d’impalpable et d’unique s’est passé, que j’essaie de transcrire : cette sensation de vivre, si puissante et fragile, si futile et précieuse, et si banalement mélancolique.

 

Au-delà de l’intention, une peinture a sa vie propre, et je la laisse émerger.

Le présent se concentre et déverse sa richesse, sa complexité, sa vitalité, sur la toile. A un moment donné correspond un geste et sa trace unique.

Les nombreuses superpositions de touches, les contrastes colorés, le vide et le plein, la densité et la fluidité, créent des forces en équilibre ténu.

 

Les bêtes habitent ma peinture comme un territoire. L’animal me rappelle toujours qui je suis, semblable à lui, reliée à la terre dans un destin commun. Aussi est-il dans ma peinture comme le témoin silencieux de ce qui va vivre et s’éteindre, avec humilité, dans le plus naturel des cycles.

Figures et traces se mêlent, jouent entre elles un équilibre périlleux, d’apparition et de disparition.

 

Jackson Pollock dit très puissamment : je suis la Nature. Mais qu’elle est-elle ? Est-ce que c’est l’être, nu, fondamental ?

Sans pouvoir définir clairement cette nature, je la ressens aussi. Elle me rappelle avec force l’universalité de notre condition, et notre appartenance au monde, comme un grand tout vivant.

Même urbanisés, post-modernes, technologiques, nous sommes faits de nature. Elle imprègne nos rythmes, nos muscles, nos sens et nos rêves. Elle surgit comme une relique de Pan et s’ébroue en nous comme une bête libre !

 

Il faut l’approcher, l’entendre, peindre en sa présence, la laisser s’échapper. Puis recommencer.

 

  • Twitter Metallic
  • s-facebook
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now